Déclic

Par 17:50

Je ne sais pas ce qu'ils s'est passé mais j'ai eu comme un déclic. Un jour j'ai pris du recul sur ma vie et j'ai réalisé que j'étais enfermée dans un modèle qui ne me convenait/plaisait pas. En y réfléchissant bien, il y avait autant la vie que je mène actuellement que celle qui sera entraînée par celle-ci qui ne me convenaient pas.
Pour faire court je me suis sentie dans une espèce de tourbillon, j'avais l'impression d'être qu'une simple spectatrice de ma vie, comme si ma vie était un film dont tout le scénario était déjà écrit et enregistré. Et comme devant un film, j'étais passive. Passive, je l'ai été un moment, à vrai dire jusqu'à maintenant.

Vous savez, je suis d'avis qu'on a toujours le choix même si parfois cela peut paraître impossible, et je continue à le penser: on a toujours le choix. Sauf que sur la trame de ma vie je n'ai pas fais de choix même si j'en avais la possibilité: je me suis seulement laisser emportée par les gens et les événements. Comme beaucoup j'ai grandi avec mes parents (ou une figure parentale) et tout le temps que j'ai vécu avec eux c'est eux qui ont décidé de ma vie pour moi. Quand j'avais seize ans et qu'il était temps pour moi de choisir mon orientation post bac je voulais aller en cpge. C'était bien vu, reconnu et ça a plu à mes parents. Puis un jour je suis allé à une journée portes ouvertes d'une classe préparatoire et de l'emploi du temps à l'ambiance en passant par la mentalité rien ne m'a plu alors j'ai décidé que je n'irai pas là bas. Et ça a pas plu à mes parents, on s'est disputés et ja fini par leur dire que c'étaient mes études donc mon choix (évidemment ils l'ont mal pris, ensuite il faut dire que je n'ai pas fait preuve d'un grand tact) C'était le seul acte de rébellion qu'il y a eu envers mes parents.

Quand j'ai emménagé loin de mes parents ("loin" est bien grand mot) je me suis dis que j'allais enfin pouvoir mener ma vie selon mes propres envies. Au début j'ai cru que c'était le cas: je faisais ce que je voulais quand je voulais. Alors vous allez me dire "pourquoi tu fais cet article dans ce cas?" et à moi de vous dire qu'en réalité je ne faisais pas ce que je voulais, même si j'en avais l'impression.
Mais maintenant que mes parents n'étaient plus là pour être sur mon dos sans cesse, qui ou quoi m'empêchait de faire ma vie comme bon me semblait ?
Facteur numéro un: mon copain. Avant toute chose, laissez moi vous dire que je l'aime à la folie. Donc, la première personne qui m'empêchait de faire ce que je voulais c'était mon copain et à vrai ce n'était pas tellement sa faute. C'était surtout moi qui essayais de bien faire, d'etre comme il aime pour être sûre de lui plaire, de suivre ses envies. Par exemple, si je n'ai pas fais le tatouage dont j'ai tant envie c'est parce qu'il ne lui plaît pas et que j'ai peur qu'il ne veuille plus de mon corps si je le fais.
Facteur numéro deux: la société. On vit dans un monde qui impose certains codes et règles: être ambitieux mais pas trop, être beau mais ne pas s'aimer, s'habiller sans être trop original ni trop banal. En bref, rentrer dans un moule. Et quand tes parents on été élevés pour rentrer dans ce moule par leurs parents qui l'ont été aussi, ils essaient de faire en sorte que toi aussi tu rentres dedans. Et quand tu as été élevé pendant dix huit ans de la même manière ça devient normal voire obligatoire à tes yeux d'être comme ci et pas comme ça, donc assez dur de se détacher totalement de ce fameux moule.
Facteur numéro trois: les fantômes de mes parents. Non ils ne sont pas morts et ne reviennent pas me hanter la nuit mais il m'est arrivé de faire ou vouloir faire quelque chose puis de penser à ma mère ou à mon beau père et de me dire qu'elle/il n'aurait pas approuvé, ce qui provoquait comme un 'blocage'.
Facteur numéro quatre: le regard des autres. Tout simplement parce que c'est pas cool d'être devisagée dans la rue parce que tu as des vêtements pas 'normaux', et encore je considère mon style vestimentaire comme très très soft même si je ne suis pas la mode de près.
Puis vient le jour où tu réalises que tu gâches un temps précieux. Je ne sais pas si je serai encore en vie la semaine prochaine ou même demain, personne ne sait ce qu'il peut se passer, et si jamais tout vient à s'arrêter alors j'aurais passé ma vie à être quelqu'un que je ne voulais pas être. Alors tu décides de suivre tes propres envie et de vivre tes rêves à fond.
Porter un haut court ? C'est ok. Se teindre les cheveux d'une couleur dite 'extravagante' ? C'est ok. Vouloir voyager avant d'avoir des enfants ? C'est ok. Ne pas penser comme tout le monde ? C'est ok.
Il suffit de s'écouter, écouter son coeur et son instinct. Ça ne sert à rien d'essayer de plaire à quelqu'un, si vous ne vous plaisez pas vous serez malheureux et vivrez sûrement avec des regrets. Et c'est pour éviter d'avoir des regrets dans 10 ou 15 and que j'ai décidé que je vivrai ma vie sans me soucier de ce que les autres veulent que je fasse et si ils ne sont pas contents de celle que je suis c'est que ces personnes ne sont pas faites pour m'accompagner dans ma vie.
N'oubliez pas que la seule personne qui sera à vos côtés jusqu'à la fin de vos jours c'est vous. Alors ne vous décevez pas.

Sur le même thème

0 commentaires