L'IVG, les survivants : mon corps, mon choix

Par 17:32

Il faut que je vous avoue un truc: quand j'avais 13-14 ans, je regardais tous les soirs Le Petit journal de Yann Barthès. Quand, il y a de ça quelques semaines, il a annoncé son départ de l'émission j'ai eu comme un pincement au cœur parce que ça m'a rappelé cette époque. J'étais 'triste' (oui je mets des guillemets, j'ai déjà été bien plus triste que ça quand même) parce que j'aimais beaucoup le coté satyrique et foutage de gueule qu'avait son émission ainsi que sa prise de position.
(au fait : mettons la politique de coté, je m'en fous un peu de ça)
Même si j'ai arrêté de suivre l'émission, à chaque qu'une vidéo du Petit journal apparaissait dans mon fil d'actualité sur Facebook je la regardais. Et c'est ce qu'il s'est passé aujourd'hui.

La vidéo relatait la manifestation anti IVG des survivants ainsi que la contre offensive des féministes. Étant une femme et me considérant de surcroit féministe, comment vous dire que je suis un tout petit peu énervée à l'heure actuelle (c'est à dire cinq minutes après le visionnage de la-dite vidéo)
La vidéo est ici.
Du coup, pour ceux qui ne suivent pas, aujourd'hui on va parler d'IVG !

Interlude racontage de vie. Il y a deux ans, on a eu un problème mon copain et moi. Pendant qu'on s'amusait comme des fous à faire des galipettes dans le lit, la capote a glissé. Panique. Autant vous dire que d'un coup, on s'amusait plus trop. Hop hop hop, on s'habille (après avoir récupérer la chose, c'est mieux) et on va à la pharmacie demander la pilule du lendemain. Et si je ne l'avais pas prise, j'aurais pu me retrouver enceinte. A 16 ans.
Quand j'avais 15 ans, ma mère est tombée enceinte (transition entre deux contraception) et elle a avorté. J'aurai adoré avoir un petit frère ou une petite sœur du coté de ma mère, vraiment, et j'en suis sûre que mon beau père aurait aimé être papa. Mais, ma mère étant atteinte d'assez graves problèmes de dos, garder l'enfant l'aurait soit tuée elle, soit tué l'enfant.

Cet interlude fait, vous comprenez que j'ai déjà été concernée de près ou de loin par l'IVG, même si les pilules du lendemain et du sur-lendemain ne sont pas considéré comme des interruptions de grossesse (disons que c'est de la prévention anti grossesse mais pour moi l'intention est la même que l'IVG)

Je comprends qu'il y est des gens qui sont contre, que ce soit pour des questions de religion ou d'éthique (mais comme je ne suis calée ni en l'un, ni en l'autre, je ne vais pas approfondir). Le truc que je ne comprend pas, c'est pourquoi ces gens ne veulent pas laisser les autres faire ce dont ils ont envie ? Par exemple, ceux qui sont anti-ivg pour des raisons religieuses, ils savent bien que le monde entier ne pratique pas la même religion qu'eux. Alors pourquoi est-ce qu'ils veulent imposer le choix de leur religion ? Et puis, dans le pire des cas, c'est pas parce que l'on a le droit de faire quelque chose que l'on est obligés de le faire. J'ai le droit d'avorter, ce n'est pas pour autant que quand je tomberai enceinte je courrerai au planning familial avorter pour avorter, non peut être que j'aurai envie de le garder ce bébé. Un droit n'est en aucun cas une obligation
Parlons des avortements réalisés dans le dos des autorités. L'IVG a été rendu légale en France en 1975 grâce à la fameuse loi Veil. Sauf que des femmes qui sont tombées enceintes, il y en a eu avant 1975. Et parmi ces femmes, il y en avait qui ne voulait pas garder l'enfant pour X raisons. C'est là qu'interviennent les faiseuse d'anges (ce nom me fait froid dans le dos) qui aidaient les femmes à avorter de manière clandestine à l'aide d'objets que je n'aimerais pas accueillir dans mon vagin, c'est-à-dire aiguilles à tricoter, cintres et autres objets pointus. Mais ces avortements clandestins étaient dangereux pour la femme qui venait avorter. La loi Veil permet donc des IVG dans un centre médical prévu à cet effet, avec des médecins et des moyens biens mieux que des aiguilles à tricoter. Le danger est donc devenu moindre, et ça, personne ne peut le nier donc au lieu de perdre un embryon et une femme, on perd plus qu'un embryon. On est gagnant non ?

Eh oui, c'est le même combat depuis des années...
 Revenons maintenant à la vidéo qui m'a mise en rogne. On y voit des jeunes "survivants" (c'est le nom qu'ils se donnent, ils considèrent être des survivants étant donnée qu'un embryon sur 5 est avorté) manifester contre l'IVG entourés par des féministes, qui elles sont pour l'IVG. Puis on y voit leur porte parole, monsieur Emile Duport, qui porte manifestement une veste en cuir. Expliquez moi comment on peut être crédible en tant qu'activiste anti-ivg en portant une peau d'animal mort. Surtout en sachant que le principal argument des anti-ivg est que l'embryon avorté n'est pas seulement un embryon mais bien un être vivant. La vache que tu portes fièrement sur le dos, c'était pas un être vivant ? Et non, l'Homme n'est pas le seul être vivant qui mérite de rester en vie. Le reportage parle aussi un peu d’extrême droite, de droite conservatrice et tout ça, mais comme je l'ai dit précédemment: la politique ne m'intéresse pas et je préfère laisser ça de coté.
J'aimerais aussi revenir sur le nom de ces militants. Les survivants. Comme je l'ai dit, ils se considèrent comme tel car 1 embryon sur 5 est avorté, étant en vie, ils font donc partie de ces 4 restant, ceux qui survivent. Mais, pour avoir un embryon, il faut qu'un spermatozoïde rencontre une ovule. Jusque là je n'apprends rien à personne. Sauf que des spermatozoïdes qui tentent de rencontrer l'ovule, il n'y en a pas qu'un. Devons nous donc tous nous considérer comme survivants vu que nous sommes le spermatozoïde gagnant, provoquant ainsi la mort de milliers d'autres ?
Je me demande si je ne pars pas trop loin avec cette histoire de spermatozoïdes...
Enfin, le reporter dit à notre cher Emile "Il y a toujours des femmes qui continuerons de tomber enceinte alors qu'elles ne veulent pas d'enfants, et qu'est ce qu'on dit à ces femmes là? On leur dit bah tant pis vous avez un enfant même si vous ne le voulez pas ?", ce à quoi il répond "Mais tu sais, vouloir ou pas vouloir un enfant c'est plus compliqué que ça". Ah bon ? Et ces femmes violées, elles doivent quand même le garder leur enfant ? (c'est la réponse la plus poignante anti anti-ivg) Et ces femmes qui n'ont pas assez de ressources pour élever un enfant, elles doivent quand même le garder et l'élever dans la misère ? Et les prostituées ? Et toutes ces femmes qui ne veulent tout simplement pas d'enfants hein ?

Personnellement -ce n'est qu'à titre personnel tout comme le reste de cet article qui n'illustre que m'a propre pensé, si vous ne partagez pas mon avis libre à vous tant que vous ne venez pas faire chier le monde- je suis pour l'IVG parce que j'estime qu'une femme (comme un homme) possède le droit sur son corps. Je suis d'avis qu'il vaut mieux avorter plutôt que de tuer un bébé ou de délaisser un enfant.

Merci d'être courtois dans les commentaires, je vous rappel que je n'ai insulté personne ;)


Rendez-vous sur Hellocoton !

Sur le même thème

8 commentaires

  1. Je suis tout à fait d'accord avec toi, et tu dis cela avec beaucoup de finesse. Ton article était vraiment très intéressant. Continue comme ça ;) et A+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :) Jamais j'aurais pensé que quelqu'un m'associerait avec la finesse ^^
      Bisous :)

      Supprimer
  2. Coucou :3
    En fait c'est tellement aberrant ce qu'ils disent dans la vidéo, je me demande comment on peut les prendre au sérieux. Ils ont une façon de s'exprimer qui les ridiculise d'emblée, y'a pas de débat (& il ne devrait même pas en avoir), regarde par exemple la nana qui répète en boucle la même chose peu importe la question qu'on lui pose... En fait ils sont endoctrinés au point de ne pas savoir donner de vrais arguments (mais y'en aurait-il pour leur cause ?) ils ne savent que réciter les mêmes phrases.
    Ce qui me choque d'autant plus c'est qu'il y a des femmes parmi ces anti-IVG. S'il leur arrivait une tuile (viol ou autre grossesse non désirée) elles garderaient vraiment l'enfant ?
    Quant aux hommes... Sérieusement ils ont rien à dire. Il ne s'agit pas de leur corps, la décision ne les concerne pas. Celui qui a sorti le "ça se voit que t'es pas une femme" non mais j'ai envie de lui répondre "et toi, t'en es une ?".
    Enfin breeeef... inutile de le dire après ce pavé, je suis pour l'IVG.
    Des bisous :3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou :)
      Je pense que leur seul argument est le fait qu'ils considèrent l'embryon comme un être vivant et qu'on ne tue pas les êtres vivants.
      Effectivement, j'ai trouvé que le fait de répéter en boucle la même chose la ridiculisait, mais c'est sûrement ce qu'on lui a dit de faire dans le cas où quelqu'un posait une question.
      C'est pour ça que souvent la réponse qu'on donne aux anti-ivg c'est à propos du viol ^^ Mais bon, c'est comme tout, ça n'arrive qu'aux autres (enfin surtout à celles qui mettent des jupes, elles le méritent (sarcasme!))
      J'ai pensé la même chose quand il a dit ça :p
      Bisous & merci pour ton commentaire :)

      Supprimer
    2. Sauf que finalement ils donnent plus de droits à un embryon (donc un amas de cellules non conscient) qu'à une femme, elle bien consciente de la décision qu'elle va prendre et de ses conséquences. Parce que si on part du principe de ne pas tuer d'êtres vivants, on ne mangerait même pas de légumes. C'est là qu'on fait la différence (je pense notamment au fait que je sois végétalienne et qu'on m'a avancé l'argument des pauvres petites carottes).
      Ah et ton sarcasme sur les femmes qui méritent le viol, ça me fait penser au débat sur la culture du viol que je vois beaucoup sur twitter ces derniers temps. C'est dingue quand même que ce genre de propos soit encore dits sérieusement par certaines personnes alors qu'il existe des victimes de viol couvertes de la tête aux pieds, sans oublier les enfants... On oublie aussi souvent les hommes violés.
      Bref, je suis adepte du pavé, tu noteras x)
      Et de rien :)

      Supprimer
    3. Les légumes n'ont pas de cerveau c'est pour cela qu'on les différencie des humains et des animaux à mon avis.
      Le seul est unique problème du viol, c'est qu'il y a des violeurs/violeuses. En créant le blog j'avais l'intention de publier un énorme article sur le viol, un bel article avec plein de chiffres, basé sur des sources etc. qui mettrait en avant des facettes du viol dont on ne parle jamais (dont le viol des hommes et le viol conjugal) mais je ne l'ai jamais fait sûrement parce que j'ai mis la barre haute et que j'ai peur de me décevoir.
      Ne t'inquiète pas, j'aime les pavés ;)

      Supprimer
  3. Je n'avais pas vu la vidéo, et n'habitant plus en France, je ne savais même pas qu'on était tombés aussi bas. Comment des ados et jeunes adultes peuvent penser de cette façon sérieux ? C'est d'un pathétisme exacerbé. Même si je n'ai jamais connu l'avortement de près ou de loin, je pense que le choix devient à chacun. Personne ne devrait imposer ses idéologies comme ça, au dépend de la vie d'autrui. Je ne comprendrais vraiment jamais ces gens. Je me souviens d'un "fait divers" lu dans un journal anglais, l'histoire d'une petite fille tombée enceinte à la suite d'un viol ; on l'avait faite avorter, et l'église de son pays l'avait excommuniée pour ça (dans un pays où excommunié, tu n'as aucune chance de t'en sortir). Elle avait genre 8 ou 9 ans quoi. C'est quand même mieux d'avorter que de se retrouver avec un bébé qu'on va devoir abandonner sur les bras je pense. Bref, merci pour cet article. xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'ils soient ou pour contre, c'est leur avis, le truc c'est qu'ils veulent empêcher les autres d'être libres de leur corps et ça c'est pas super cool... Tu as raison :)
      C'est sûr, c'est mieux d'avorter que d'avoir un bébé aussi jeune (sans compter les complications pour la petite, parce que vu son age, je ne sais même pas si elle aurait survécu) mais il y a des pays où la religion est très importante... Je ne dis pas ça pour cautionner hein, pauvre petite.
      Merci à toi pour ton commentaire :) Bisous!

      Supprimer