Sentimentalement instable

Par 01:08

Ce n'est pas la première fois que je le dis ici : c'est le chaos coté sentiments pour moi. C'est beaucoup trop dur à gérer pour moi, comme quelque chose de trop grand, trop fort face à moi, minuscule et frêle.

Pourtant, ça n'a pas toujours été comme ça. Avant j'étais plus forte qu'eux, capable de les contrôler. Puis un jour, il y a eu ce garçon auquel j'étais très attachée. Ça a été une des plus belles amitiés que j'ai connu jusqu'ici. Il était un peu comme mon double, il me comprenait, me connaissait par cœur, tout était parfait. Et devinez quoi ? Un jour tout a foiré, on est passés d'amis à couple. Tout allait bien, jusqu'à ce qu'il me manque sans que je n'en sache jamais la cause, après cette rupture on est redevenus les amis qu'on était par le passé jusqu'à ce qu'il décide de ne plus m'adresser la parole pour une raison qui m'est, elle aussi, inconnue. Et à partir de ce moment plus rien n'allait. J'ai perdu ma seconde moitié et j'étais seule. Je m'étais mise à nue, je l'avais laissé rentrer dans ma bulle protectrice, je lui avais dis toutes mes faiblesses et mes peurs et j'ai fini seule. Avec le recul je pense que je n'étais pas vraiment amoureuse de lui mais que j'étais plutôt vraiment très attachée à lui, tellement attachée que je n'ai pas su faire la différence entre ces deux sentiments.

Depuis, j'ai essayé de me reconstruire seule (parce qu'au début j'étais réellement seule), sans jamais savoir ce que j'avais fais de mal pour le perdre. J'ai voulu me créer une bulle, un bouclier de protection en quelque sorte pour me protéger du mal que pouvait me faire les autres. Je me suis aussi promise de ne plus jamais m'attacher à personne (évidemment j'ai échoué).
Évidemment, rien ne s'est passé comme je le voulais. J'ai mis énormément de temps à m'en remettre (vas savoir si je m'en suis vraiment remise encore à ce jour). J'étais trop faible et dévastée pour avoir la force de me recréer cette coquille, les sentiments et émotions m'ont surpassée et ont fait de moi celle que je suis aujourd'hui. Et encore, il y a du mieux depuis; maintenant j'arrive à m'endormir sans pleurer et je peux rester seule plusieurs heures sans, encore une fois, pleurer.

source
Je me suis donc retrouver seule, fragile et au plus mal dans ce monde étrange. Il a bien fallu que j'apprenne à vivre avec, évidemment (j'allais pas arrêter de vivre à cause d'un garçon quand même). Maintenant il m'est donc très difficile d'avoir confiance en quelqu'un - quand c'est un inconnu c'est compréhensif, quand c'est ton copain avec qui t'es depuis plus de deux ans ça l'est un peu moins - et j'ai constamment peur de perdre les gens que j'aime donc je les couve à en devenir (très) étouffante.
Et le pire de tous : je suis à fleur de peau. Ultra sensible, susceptible à souhait: que du bonheur pour mon entourage quoi. Rajoutez à ça mon caractère de princesse et vous avez la personne la plus chiante de la Terre, aka moi.
Et le pire du pire de tous (à vrai je n'arrive pas à me décider sur ce qui est pire), c'est qu'en voulant me reconstruire ma bulle je me suis complètement renfermée sur moi même. Chose qui me fait parfois énormément de mal, et qui en fait beaucoup à mes parents (pardon).

Si seulement vous saviez à quel point j'en deviens pathétique. La première fois que mon copain m'a dit qu'il m'aimait j'ai pleuré (besoin de conseils pour faire fuir ton mec? demande moi!) et souvent je pleure dans ses bras parce que j'ai peur de le perdre lui aussi, j'en deviens même jalouse au point que ça en soit presque maladif. Le monde entier me fait peur: il faut que je sois accompagnée pour sortir parce que je suis aussi indépendante des autres. Depuis la rentrée de janvier, il n'y a qu'une seule personne qui m'a adressé la parole en deux semaines et j'ai tellement paniqué à l'idée de parler avec quelqu'un que je l'ai rejetée de la pire manière possible. (d'ailleurs en deux semaines de cours je n'ai parlé à personne, je suis donc la fille tout le temps toute seule de la classe). Et j'ai pas le 'je t'aime' facile, quand je le dis c'est que je le pense vraiment, et il faut en profiter.

Impossible de faire quelque chose contre tout cela, je suis trop faible même si je le suis un peu moins chaque jour. On apprend à vivre avec, on espère très fort qu'un jour ce cauchemar sera fini. Un jour tout rentrera dans l'ordre.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Sur le même thème

0 commentaires