Princes, princesses et stéréotypes enfantins

Par 19:35

Il est de notoriété commune que les contes de fées font rêver. En même temps me diras tu, c'est le principe. Et avec toutes ces princesses magnifiques, ces princes charmants (qu'on aimerait bien avoir à la maison, avouez), les fées et autres êtres fantastiques, il y a de quoi rêver. Malgré tout, il y a un truc qui me chiffonne là dedans: la fameuse histoire du prince et de la princesse qui s'aiment et qui vivent heureux à la hapily ever after.
Je pense que ce schéma soulève un problème plus profond au niveau de la différenciation des genres et véhicule à de jeunes enfants des idées presque sexistes.

**cet article, contrairement à la quasi totalité des autres que j'ai pu écrire, prend une forme différente: plutôt que de partir d'un cas général et de l'illustrer avec des exemples c'est l'inverse, je pars d'un exemple néanmoins assez vaste pour aboutir sur le cas général**

La princesse donc, est représentée comme un être naïf, extrêmement niais et très "fifilles". Ah et la princesse est TOUJOURS belle et au top. (même empoisonnée Blanche neige reste toute pimpante) Donc les petites filles qui ont pour modèles ces dites princesses ont en tête une représentation très idyllique de ce qu'est une femme; les dessins animés, contes et autres histoires leur inculquent une vision de la femme parfaite, belle en toute circonstance, toujours bien habillée, intelligente, gentille (et soit dit en passant: mince aussi). Sauf que la vraie vie ce n'est pas ça, on est pas tous mannequins et on fait pas tous un 34. Imaginez ce qu'il se passe dans la tête d'une enfant de 5 ans quand elle se rend compte qu'elle n'a pas le physique d'une princesse. Comment tuer la confiance en soi d'une gamine et la faire complexer.
Cet aspect sur le plan physique est le même pour les garçons. Le prince qui est vaillant, musclé, torse huilé à souhait et lui aussi beau gosse en toute circonstances. Comment un enfant peut s'identifier physiquement à un tel personnage ? Ce n'est pas ses muscles ayant à peine commencer leur croissance qui vont rivaliser avec les pecs de prince charming.
La représentation du prince pose aussi un problème chez les filles: il fait rêver ces demoiselles, voire un peu trop. Combien de filles attendent l'arrivée du prince charmant (comprendre là grand amour) et finissent désillusionnées avec un mec qui laissent trainer ses slips parterre ? De même pour les garçons. Chaque sexe a du coup une idée et des attentes du sexe opposé (ou du même sexe, ou de lui même), idéalisé par les contes de fées. Dans mon cas par exemple (oui je n'avais pas encore parlé de moi dans ce billet, non mais oh), mon prince s'amuse à péter sous la couette et ne m'a toujours pas offert de couronne en diamant et moi en tant que princesse je passe plus de temps en leggings qu'autre chose et je vomis tout le temps. Pas très sexy tout ça.
Des visions donc un brin réducteur autant pour l'un que pour l'autre


D'ailleurs, vous ne trouvez pas ça un peu macho cette image de la femme faible et jolie en détresse et de l'homme courageux et fort qui vient la sauver?
Et puis pourquoi forcément un homme et une femme ? Quand même, il y a des hommes qui aiment des femmes et vis versa mais aussi des femmes qui aiment des femmes et des hommes qui aiment des hommes, alors pourquoi devons nous rentrer dans le crâne des enfants qu'un couple c'est un monsieur et une madame ? Parce que je n'ai jamais vu d'histoire de prince(sse) où le couple est homosexuel, pourtant c'est un schéma de relation existant. (si jamais quelqu'un connait des histoires où c'est le cas faites moi signe). Pauvres parents qui vont devoir expliquer à leur enfants pourquoi les deux madames elles s'embrassent sur la bouche, Disney fait quelque chose, aide les !

Bien sûr, il n'y a pas que du mal dans les contes de fées, c'est même génial parce qu'ils permettent aux enfants de développer leur imagination mais ils sont tout de même très stéréotypés.

Vous savez ce que j'ai dis tout à l'heure, comme quoi la fille se doit d'être une princesse et le garçon un prince. Ce n'est pas mettre les gens dans une case ça ? Ce qui m'emmène au cas général de ce que j'appelle la différenciation des genres.
Tu sais c'est ce truc qui veut que les filles aiment le rose, les garçons le bleu; que les filles jouent à la poupée, les garçons aux voitures. Ces "trucs de filles", "trucs de garçons". Qui n'a jamais entendu dire 'mais c'est pas pour les filles/garçons ça!' ? Ça me donne un peu l'impression qu'on force nos enfants à devenir une espèce de copie conforme d'un enfant modèle suridéalisé. Et après les avoir bien formaté on leur dit d'être eux, d'être originaux, de ne pas faire comme tout le monde. Laissez moi rire.
Puis, à force de montrer la même chose à une personne, il y a de grandes chances pour qu'elle s'y habitue et même l'apprécie.
C'est cool parce que même les enfants on les formate, et ce depuis longtemps, sauf que ça n'a jamais choqué personne, par contre quand les magasines de jouets essayent de contrer les stéréotypes, là ça choque. 'Quoi ? Un petit garçon qui joue à la poupée ? Infamie !'. Aucune activité ou pratique est réservée à un certain sexe alors arrêtez.

Mais surtout, et c'est le mot de la fin, laissez ces enfants tranquilles, n'influencez pas leurs choix et ne leur bourrez pas le crâne à base de stéréotypes hyper réducteurs.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Sur le même thème

0 commentaires