Seule

Par 18:42


source
En ce moment je me sens mal, très mal, et j'ai besoin d'en parler. C'est pour ca que j'ai créé ce blog: pour parler, vider mon sac, me changer les idées, avoir un endroit où je peux tout dire (à défaut d'avoir quelqu'un à qui tout dire) puis pour pouvoir échanger avec les autres. A vrai dire je m'en fous du nombre de visites, du nombre de vues sur mes articles, c'est pas ça qui compte pour moi (d'ailleurs je ne fais rien pour faire augmenter ces chiffres par là j'entends que je ne vais pas commenter des blogs à tout va juste pour qu'on clique sur mon lien, je ne m'abonne pas pour qu'on le fasse en retour etc). Tout ce que je veux, c'est pouvoir balancer tout ce que j'ai à dire et ce qui est bien c'est que quasiment personne de mon entourage connaît l'existence de ce blog (Laura si tu passes par là: coucou!)(minou soit pas jaloux je sais que tu liras forcément ça) donc je peux vraiment me lâcher sans me dire "oh non il ne faut pas que j'écrive ça, un tel va savoir après". Le blog c'est un peu mon journal intime quoi.

Et aujourd'hui cher journal je reviens pour te parler. Aujourd'hui ça va pas, comme les autres jours et les autres mois. J'ai l'impression que rien ne change: tous les jours se ressemblent. Je me lève, je me prépare, je prends le train, je vais en cours, je rentre, je pleure et je m'endors. Tout les soirs je pleure toute seule dans mon lit, je ne sais pas pourquoi ou peut être que j'ai oublié pourquoi. C'est peut être l'habitude apres tout. Le pire c'est quand j'ai passé la journée avec minou. Il faut bien qu'on se quitte à un moment, on peut pas être 24h/24 ensemble; et quand ça arrive je me prends une énorme claque dans la gueule: on m'arrache de ma petite bulle, on m'enlève cette sensation de béatitude et je me retrouve seule.
J'ai peur d'être seule, je ne supporte pas d'être seule. J'ai toujours cette impression qu'on va m'abandonner au dernier moment, me laisser affrontrer le monde toute seule. Pendant des années j'ai refusé d'aller chercher le pain sans mes parents (ca a duré jusqu'à mes 14/15ans) pace que je ne voulais pas me retrouver face aux gens. J'ai encore du mal à faire les magasins seule, quand ma mère me dit "vas y entre je vais voir le magasin d'à côté et j'arrive" je la suis. J'ai peur le matin et le soir quand il n'y a personne avec moi pour prendre le train. J'ai peur de ne pas savoir faire les choses, de ne pas réussir à parler aux gsns, que les gens me regardent. Seule je me sens sans défenses, je suis perdue. Et surtout: quand je suis toute seule tout mes mauvais souvenirs, mes cauchemars et mes craintes refont surface. Tu as cru que tu allais être heureuse? on va s'occuper de toi. Vous connaissez l'épée de Damocles? (L'épée suspendue au dessus de la tête par un fin fil qui fait qu'elle peut tomber à tout moment) Chez moi, l'épée c'est une espèce de chagrin/déprime/mélancolie qui me tombe systématiquement sur la tête des que je me retrouve seule.
Pour renforcer cette sensation de solitude, j'ai l'impression d'avoir personne à qui parler ou pour me soutenir. L'impression oui, parce que je sais qu'il y en a des personnes qui sont là pour moi (merci) mais je n'ose pas. J'ai toujours peur de les emmerder avec ma vie, avec mes histoires et mes peurs stupides. Du coup je reste seule, je tombe dans un cercle vicieux: au plus je suis seule au moins je parle et au plus je me sens seule. Bienvenue dans ma vie. Ne me demandez pas pourquoi j'ai cette foutue manie de me renfermer quand ça ne va pas, je sais pas. Ou peut que si. C'est une accumulation je pense. Premièrement il y a mon père. Mon père je ne lui dit plus rien parcequ'il n'a jamais passé de temps avec moi, et en plus de ça, il a accentué mon impression de solitude. Délaissée la gamine. Quand je suis rentrée en première, j'ai été séparée de toutes mes amies, je me suis retrouvée seule dans une classe où je connaissait quatre ou cinq personnes (par connaissait je veux dire à qui j'avais déjà parlé plus de trois fois) et mes amies elles, elles étaient ensemble (séparées mais quand même ensemble) puis elles faisaient des trucs ensemble sans moi et elles ne voyaient pas que j'étais mal. Je sais que j'en ai parlé plusieurs fois sur le blog, mais je le redis: ma mère et mon beau père divorcent. Et mon beau père c'est celui qui a toujours été là pour moi: il a fait mon éducation à la place de mon père, il partageait pleins de choses avec moi, il m'a beaucoup appris et apporté, et maintenant il n'est plus là. J'ai besoin de lui. Enfin, il y a une chose dont je ne parle jamais: c'est mon ex. Ça remonte à quatre ans en arrière, je suis sortie avec un garcon qui était très gentil et attentionné envers moi jusqu'au jour où il a cessé de l'être. Je lui disais tout (accessoirement c'était aussi mon meilleur ami) et du jour au lendemain il en a plus rien eu à faire. Mes parents se disputaient beaucoup à cette époque, j'avais besoin d'en parler et lui n'écoutait pas. Je me suis sentie seule à ce moment là et c'est là je pense où j'ai commencé à ne plus parler de mes sentiments.
D'ailleurs, en parlant de sentiments: je suis incapable de les exprimer. Le seul moyen que j'ai c'est de pleurer. Quand je suis contente, quand je suis triste, quand je suis en colère, quand je suis fatiguée: je pleure. À la longue c'est pesant, je pleure plusieurs fois par jour 1) je vous laisse imaginer le nombre de mouchoirs que j'utilise 2) faites vos estimations sur la longévité de mon maquillage 3) vous vous en doutez: c'est la honte. Combien de fois minou à du me prendre dans ses bras quand je pleurais après qu'il m'ai dit qu'il m'aimait ? (La première fois qu'il me l'a dit j'ai fondu en larmes. J'annonce direct la couleur moi) J'aimerais bien me débarrasser de ça, exprimer ces sentiments qui grouillent en moi. Pour ça il faut que je me lance et que je parle.
C'est pas du tout l'article que je voulais écrire au début puis c'est venu tout seul. C'est pas spécialement joyeux non plus. Tant pis, c'est moi, je suis comme ça. Et j'ai aimé écrire tout ça.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sur le même thème

2 commentaires